04 avril 2007

Faits Marquants.

 

Faits marquants


    Ils sont de ceux qui marquent  votre esprit. Un événement inédit et inattendu marque son empreinte à jamais dans un acte anodin. Ce qui fait alors que vous vous souvenez dans les moindres détails, de toutes les actions, faits qui ont ponctué cette période.

    Si je parle de ceci, c’est parce que l’achat de mon Hamilton Jazzmaster Viewmatic est un de ces actes anodins. Enfin, pas si anodin que ça en fait, mais irrémédiablement futile au vu de l’événement tragique suivant : une belle journée de janvier où l’on vient exprimer à quelqu’un que l’on apprécie énormément la joie et la jubilation d’avoir acquit une jolie petite montre. En retour, la personne vous annonce qu’un de ses proches parents est décédé.

    Hum, difficile de savoir où se mettre dans pareils moments. Et l’achat passe au travers des mailles émotionnelles et tombe inévitablement dans le vide intersidéral de l’indifférence. Ainsi, -faits marquants obligent-, je me rappellerais chaque détail de ce moment, de cette journée presque, pendant longtemps. Il serait présomptueux de dire toute ma vie mais tant que je possèderais cette montre, une personne disparue y sera à jamais associée.

    Après cette parenthèse, je vous présente donc cette fameuse Hamilton. Qui est très belle et ne fait aucunement regretter de l’avoir achetée quand même ! N’oublions pas que le malheureux mais charismatique J.F.K possédait ce modèle. Peut-être est-ce là un signe ? En tout cas, j’espère que tous les porteurs -dont je fais parti maintenant, mamaaaaan- ne connaîtront pas le destin funeste de cet emblématique Président. 

DSC000361

 

Caractéristiques :

- Diamètre sans la couronne (remontoir) : 38mm.

- Bracelet : cuir marron style alligator avec boucle déployante de type papillon.

- Date sur fond blanc.

- Mouvement : ETA mécanique à remontage automatique et manuel 2824-2.

- Autonomie : Environ une quarantaine d'heure.

 

DSC000381


Commentaires :

    Achetée à Paris dans une boutique qui ne paye pas de mine mais qui se révèle être une vraie mine horlogère, il m’a fallu environ 3 minutes pour la prendre, la négocier (-20%, ça ne se refuse point), la payer et m’enfuir avec en courant avec un sourire tranche papaye (oui syndrome du caillou tropical) ! En fait, j’avoue que je l’avais déjà essayée quelques jours plus tôt et je l’avais donc réservée. Ainsi plus qu’à venir la récupérer et m’alléger de quelques centaines d’euros. Oui centaines parce que son prix d’origine est d’environ 430€. Une folie pour certains, une broutille pour d’autres. L’important est de se faire plaisir et tel fut mon cas !

    Mais trêve de blabla, trêve de blablaaaaaa. Cette montre est du style habillé et l’est très bien d’ailleurs, un boîtier en acier poli, un verre saphir légèrement bombé de très bon goût, un bracelet de très bonne facture en cuir marron clair équipé d’une boucle déployante de type papillon d’origine. Le fond blanc est dépourvu de superflu, uniquement le nom de la marque et le modèle, argenté et discret sur ce fond blanc guilloché d’une très bonne finition. Ce n’est pas pour rien qu’on dit qu’Hamilton est d’un excellent rapport qualité/prix. Trois grandes aiguilles fines et longues parcourent la ronde surface avec une fluidité étonnante crée par notre ETA 2824-2. Ce dernier bat la mesure à 28 800 A/H, ce qui fait exactement 8 mouvements par seconde. La grande aiguille malgré son long parcours ne nous le prouve fort bien. Bref l’intérieur du boîtier respire l’harmonie et l’homogénéité, on ne se lasse pas de la regarder et de voir les secondes défilées. On en perd son temps sans le regretter, vraiment.

100_26201

100_26221

La porter au poignet est un plaisir, elle convient à toutes les situations et se met en toute occasion. Je regrette que la longueur du bracelet n’ait été un peu plus longue, les derniers crans sont de rigueur pour les personnes qui ont des poignets un peu massif comme le mien. Bien sûr porter la montre ne permet pas d’observer le mécanisme qui derrière son rotor, est légèrement décoré par l’enseigne. Une belle pièce mais dont son originalité n’est pas sa principale qualité.

100_26191

100_27191

 

Conclusion :

 Je ne regrette vraiment pas mon achat. C’est la plus belle de ma -courte- collection et je suis heureux de la posséder. Son histoire est malheureusement imprégnée d’un tragique événement tant au niveau de l’Histoire que dans mon histoire personnelle ce qui la rend encore plus unique à mes yeux. Une jolie montre habillée pour pas si cher que ça en somme, en tout cas, si cela peut donner des envies à d’autres, c’est que j’aurais réussi ma brève !

 

 

 

Springdrive.

Posté par Springdrive à 02:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Faits Marquants.

    C'était où?

    Très jolie et très agréable à regarder..
    c'est quelle échoppe que tu cites ?

    Merci

    Posté par Pierrot, 04 avril 2007 à 23:52 | | Répondre
  • De Raoul et Curly. Les seuls, les vrais.

    Posté par Springdrive, 07 avril 2007 à 01:09 | | Répondre
Nouveau commentaire